Nicolas Sarkozy annonce une hausse des loyers

Publié le par Michel

Comme beaucoup de français j’étais devant ma télévision jeudi soir pour entendre les propositions du Président de la République. En tant que professionnel de l’immobilier j’ai été très attentif à ses trois propositions concernant l’immobilier locatif (suppression de la caution, réduction du dépôt de garantie et indexation des loyers sur l’indice des prix).

Je pense que tous les locataires (environ 50% des français) ont du se réjouir en entendant de telles proposition, notamment en ce qui concerne l’indexation des loyers sur l’indice des prix. Mais cette mesure n’offrira pas un centime de pouvoir d’achat et provoquera de nouvelles tensions sur le marché locatif.

En effet, si l’on réfléchit deux secondes (en se mettant à la place d’un propriétaire d’un bien immobilier) il est évident que ces mesures sont de fausses bonnes idées. Conscient de son incapacité à financer la construction des logements, l’Etat a mis en place, il y a de nombreuses années, des mécanismes de défiscalisation pour que les contribuables apportent les fonds indispensables à de telles constructions. Mais le jeu en vaut de moins en moins la chandelle et  « la pierre » n’a plus aujourd’hui, ni la rentabilité, ni la sécurité qu’elle avait par le passé.

Cette nouvelle série de mesures conduira donc bon nombre de bailleurs à venir grossir les rangs des propriétaires qui retirent leurs biens du marché locatif (plusieurs dizaines de milliers de logements sont actuellement vacants). D’autres risquent même de se détourner complètement de ce marché au profit d’autres types de placements.

Nul besoin d’être médium pour en conclure qu’avec moins de biens sur le marché pour répondre à une demande toujours aussi forte, le prix des loyers augmentera de façon sensible dans les mois qui suivront l’entrée en vigueur de ces nouvelles mesures ! Une fois encore, les médias et le politique accuseront pêle-mêle les propriétaires, les syndics, les agents immobiliers et toutes celles et ceux sur lesquels il pourra se dédouaner de son manque de lucidité.

Si l’Etat veut véritablement rendre du pouvoir d’achat au français et assurer une meilleure redistribution des richesses, la seule alternative crédible passera par un important réajustement des salaires. Pour ce faire, il convient de  diminuer de façon substantielle la pression fiscale qui pèse sur les millions de PME qui emploient la grande majorité des français. Mais l’Etat à trop d’appétit et ne peut se passer des milliards d’euros qu’il ponctionne sur le dos de la collectivité pour faire tourner une machine archaïque. Il est tellement plus facile de prendre dans la poche du voisin…
i_bug_fck

Commenter cet article